3

Leonardo DiCaprio : le froid lui va si bien

Un billet d’humeur léger et cinématographique cette semaine, une fois n’est pas coutume.

Déjà congelé dans Titanic…

On l’avait laissé congelé dans l’Atlantique Nord, transi de froid et d’amour, accroché à son radeau de fortune dans ce rôle qui en fait une star mondiale dès 1997.  Toutes les adolescentes de la planète se souviennent de ce jeune homme enjoué qui transcende les différences de classe et sacrifie sa vie pour celle qu’il aime.canada-561238_960_720

Depuis de nombreuses années, Léonardo DiCaprio, en tentant de rester objectif, cumule les merveilleuses interprétations. L’acteur de 41 ans n’est plus, et ce depuis longtemps, le jeune homme fluet et romantique de Titanic. Il a été, entre autre,  un « Aviator » brillant, flamboyant et malade en 2004 puis un flic très convaincant dans « Les Infiltrés » en 2006 ; assez fabuleux en pensionnaire  schizophrène dans « Shutter Island » en 2010,  DiCaprio campe avec éclat un financier déjanté dans « Le loup de Wall Street » plus récemment.

On pourrait aussi se souvenir de « Catch me if you can » de Spielberg (2002) de Blood Diamond d’E.Zwick (2006) ou encore de « Gangs of New York »  où il offre une réplique forte au non moins phénoménal Daniel Day-Lewis. Les affrontements sanglants dans la neige new-yorkaise restent encore dans la mémoire des cinéphiles. Bref l’acteur rarement décevant n’a pas chômé depuis Titanic,

5 fois nommé, jamais récompensé

Le comédien phare de Martin Scorcèse ces dernières années a pourtant été « assezthe-revenant peu » récompensé. Quelques récompenses dont 2 Golden Globes quand même avant The Revenant. Un Golden Globe pour Aviator et un autre pour le loup de Wall Street.

Pour tous ces rôles, DiCaprio n’a jamais obtenu la statuette fétiche : l’oscar du meilleur acteur. 5 fois nomm
é, jamais oscarisé, cela jette un froid ! Aujourd’hui, le voilà enfin  rafler toutes les récompenses préliminaires pour son dernier rôle, « The Revenant » d’Alejandro González Iñárritu, l’histoire d’un homme à demi mort abandonné par ses comparses et qui revient, affrontant  un climat hostile et glacial pour se venger de la trahison et retrouver les siens….Cela pourrait donc bien être l’année DiCaprio.

Du froid à l’oscar, il n’y a plus qu’un pas…

L’ironie est que Leonardo risque d’obtenir cet oscar dès sa première interprétation avec ce réalisateur dans le vent après tant d’années brillantes avec Scorcèse « sans récompenses ». Cela semblerait bien mérité pour l’une des immenses stars actuelles d’Hollywood qui a pris de la maturité, de l’épaisseur avec l’âge et qui sait tout jouer. C’est tout le bonheur qu’on peut lui souhaiter et une reconnaissance suprême pour ce revenant du froid polaire qui nous a pourtant rarement laissé de glace depuis 20 ans.

Merci de partager ce billet d’humeur s’il vous a plu et de cliquer de temps à autre sur les annonces qui sont la seule ressource modeste de ce site. Merci de votre visite

Publication originale sur Agoravox

3 Comments

  1. Deux anecdotes au sujet des infiltrés : il s’agit d’un pâle remake de « infernal affairs » (Hong Kong, 2002) ; diabolique, intelligent et sulfureux que Scorcese a moyennement copié.
    Lorsqu’il se fait menacer par Nicholson dans le film, ce dernier, ne se trouvant pas assez intimidant, décida de sortir un pistolet pendant le tournage de la scène, effrayant toute l’équipe. On voit LdC jeter plusieurs coups d’œil inquiets à l’arme, le réalisateur ayant conservé bien sûr cette prise au montage.
    (Dans Django, LdC, dans cette même veine de scènes improvisées, se coupe la main avec du verre, sans trucage. C’est aussi ce que Tarantino conservera dans le final cut).
    Grand acteur qui marquera sa génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*